Forum pour les passionnés de la caravane au champignon, mais aussi du caravaning toutes marques confondues (parce que nous avons tout à partager).

Chers membres, chers visiteurs, le forum dispose d'un service gratuit de petites annonces ne vous en privez pas.

Derniers sujets

» ERIBA + CARTE ACSI
par YVES-BZH Jeu 16 Nov - 17:45

» Evaluation des campings
par Corto Ven 10 Nov - 19:07

» Ma moto...
par Corto Mer 8 Nov - 19:36

» je présente ma belle
par YVES-BZH Dim 5 Nov - 17:47

» ERIBA Blocages tiroirs
par JP Mar 17 Oct - 20:04

» poignées de tirage
par Corto Sam 23 Sep - 12:09

» Réfaction de la dinette qui prenait l'eau sur ma FAMILIA
par ouistitim Mer 30 Aoû - 16:32

» Votre avis sur cette Eriba.
par zelda59 Mer 30 Aoû - 13:53

» Mon Omnistor 2000 ne s'enroule plus
par JP Mar 29 Aoû - 23:42

» PANNEAU SOLAIRE
par Corto Lun 28 Aoû - 18:29

Les annonces du forum

English Español Japanese Arabic Italiano Deutsch Nederlands Portuguesa Russian Swedish Romanian Polish Norwegian Hindi Finnish Bulgarian Danish Czech Croatian Chinese (Simplified) Albanian

Evaluation des campings

Partagez
avatar
JP
Administrateur

Messages : 221
Date d'inscription : 28/11/2016

Tableau interactif Evaluation des campings

Message par JP le Dim 25 Déc - 1:40

Bonjour,

l’expérience de chacun peut aider à trouver un bon camping ou en éviter un mauvais, dans cette optique, vous pouvez partager votre expérience en évaluant les camping que vous avez déjà fréquenté


Dernière édition par JP le Mar 3 Oct - 14:15, édité 1 fois
avatar
Corto
Administrateur

Messages : 182
Date d'inscription : 18/12/2016

Tableau interactif Re: Evaluation des campings

Message par Corto le Ven 30 Déc - 21:28

Pour ma part, j'ai cessé de payer en camping des prestations que je ne consomme pas (animations enfantines, jeux autour de la piscine, soirées youkadi-youkada), mais marre de subir les dégâts co-latéraux (excès vocaux et chansons mal interprétées de minuit à 2 heure du matin de ceux qui rentrent bourrés de la soirée...), maintenant je vais chez Gamping !

https://www.gamping.fr
avatar
Corto
Administrateur

Messages : 182
Date d'inscription : 18/12/2016

Tableau interactif Re: Evaluation des campings

Message par Corto le Ven 30 Déc - 21:55

Et crois en mon expérience, Gamping c'est le pied !!!
avatar
JP
Administrateur

Messages : 221
Date d'inscription : 28/11/2016

Tableau interactif Re: Evaluation des campings

Message par JP le Ven 30 Déc - 22:00

re

j'habite en pleine campagne parmi les chevreuils, les faisans, les vaches et pas de voisins les 3/4  de l'année, la route la plus proche est à 800m  (vive le calme )
avatar
Corto
Administrateur

Messages : 182
Date d'inscription : 18/12/2016

Tableau interactif Re: Evaluation des campings

Message par Corto le Ven 30 Déc - 22:08

Heureux homme...

;-)

Quelle région ?
avatar
Lilou Triton
Membre feminin

Messages : 45
Date d'inscription : 30/12/2016

Tableau interactif Re: Evaluation des campings

Message par Lilou Triton le Dim 1 Jan - 18:32

un meeting Eriba Monde "Nature & Découverte".... ? Very Happy
avatar
ruffus24
Membre

Messages : 5
Date d'inscription : 07/06/2017
Age : 48

Tableau interactif Re: Evaluation des campings

Message par ruffus24 le Sam 10 Juin - 22:21

salut a tous , personnellement je fuis les campings 4 et 5 étoiles avec piscines tennis etc etc j'aime faire la bringue mais j'aime aussi dormir correctement je préfère les campings, 2 étoiles et les campings municipaux ; ils sont souvent très sympa pour ceux qui était au rape 2017 c'était un camping plutôt basique ,propre, et ca ! ca me va bien .......
avatar
Corto
Administrateur

Messages : 182
Date d'inscription : 18/12/2016

Tableau interactif Re: Evaluation des campings

Message par Corto le Sam 10 Juin - 22:26

C'est la raison pour laquelle nous tenions AB-SO-LU-MENT à avoir un camping municipal, loin de la démarche purement marketing, mais personnellement, je me répète, mais je trouve les qualités que tu recherche chez Camping et pour une somme modique, ce qui multiplie les possibilités...

;-)
avatar
zelda59
Membre

Messages : 13
Date d'inscription : 07/06/2017
Age : 66

Tableau interactif Re: Evaluation des campings

Message par zelda59 le Mer 19 Juil - 18:22

j'ai fait au fur et à mesure de mes déplacements un petit répertoire sur les campings dans lesquels j'ai séjourné et que j'ai bien aimé. Pas beaucoup de 4 étoiles mais de nombreux campings municipaux. Mon seul regret c'est le peu de campings ouverts tard dans la saison et encore je pense ouverts jusqu'à fin septembre mais peut-être est ce par ce que les employés du camping étant municipaux ils sont demandés pour d'autres tâches lors de la rentrée?
avatar
Corto
Administrateur

Messages : 182
Date d'inscription : 18/12/2016

Tableau interactif Re: Evaluation des campings

Message par Corto le Mer 19 Juil - 18:29

SUPER !!!
Il ne te reste plus qu'à remplir le tableau avec tes expériences...

;-)
avatar
YVES-BZH
Modérateur d'un forum

Messages : 89
Date d'inscription : 23/12/2016

Tableau interactif ERIBA HEUREUSE

Message par YVES-BZH le Mer 6 Sep - 19:28

Je dépose ce fil, pour voir comment le poursuivre afin qu'il soit lu ici, et surtout ailleurs.



J’ai atterri dans un camping à tomber sur notre forme callipyge au confluent de la Dordogne et de la Vézère.

Le reportage que je prépare, suivra…. (Il y aura longue lecture !)

Ce ne sera pas une évaluation avec notes ou étoiles, mais le récit d'un vécu.
avatar
Corto
Administrateur

Messages : 182
Date d'inscription : 18/12/2016

Tableau interactif Re: Evaluation des campings

Message par Corto le Mer 6 Sep - 21:20

L'intitulé du sujet est sans doute inadéquat, plus qu'une évaluation il s'agirait plutôt de "fiche technique" sur laquelle chacun pourrait découvrir les prestations des campings et effectuer un choix en connaissance de cause...

;-)
avatar
YVES-BZH
Modérateur d'un forum

Messages : 89
Date d'inscription : 23/12/2016

Tableau interactif Re: Evaluation des campings

Message par YVES-BZH le Dim 1 Oct - 18:13

Bonsoir ou Bonjour pour suite à mon message précédant;
Camping de "Le Port de Limeuil" en Alles-sur-Dordogne
15,31 € la nuitée tout compris + En négociant avec un sourire le Wifi illimité lors de la durée du séjour pour 6 €

Voici la tronche de mon emplacement:

Spoiler:


C'est marrant, le zoom en fait un semblant de coupé-sport à ma caisse de pépé.
D'ailleurs, je me suis amusé ici à lui supprimer les portes arrière pour faire plus djeun :



Spoiler:


Derrière ce cliché, les sanitaires tout confort avec une belle architecture locale.
Je n'ai que ces images pour montrer l'excellence de ce camping

Au premier étage de cette charmante construction, il y a l'hébergement des employés saisonniers…
Comment voulez-vous qui n'aient pas grands sourires en vous accueillant?

Spoiler:


Spoiler:



Just 'une vue de l'entrée vous laissera supposer du reste:

Spoiler:


Comme lave-main, distributeur de savon, et sèche-main automatique au sortir des WC

Pour moins du prix d'un demi de bière, on peut ici laver et sécher son linge, et de plus, de quoi lire mis à disposition:

Spoiler:


A l'angle de la réception, le petit coin resto:

Spoiler:


Regardez les prix à faire pâlir bien d'établissements dans le bourg.

Spoiler:


Je me suis offert le confit de canard pour 10,50 €, mais en refusant les pommes (Je pense qu'ils avaient oublié d'écrire de terre!), et demandé de vraies pommes de terre à la sarladaise.
Voici avec quoi je suis revenu dans l'Eriba:

La photo est trompeuse, car la portion de canard était bien plus copieuse qu'il n'y parait. Je ne suis pas parvenu à la finir!

Spoiler:


Au bord du camping, la plage (OK, ce n'est pas le sud-Bretagne avec son sable fin, mais je n'y étais pas pour cela)

Spoiler:


Spoiler:


Je ne vais pas envahir mon post d'images des entourages, mais voici ce que l'on peut voir à deux pas:
Comme, par exemple, cette charmante maison de poupée adossée au coteau troué comme un gruyère de cavernes troglodytes
où on y découvre, entre autre, une chapelle ornée de fresques millénaires.
 
Spoiler:


Je n'ai quitté la région que pour une seule raison: Où que l'on aille, il faut avoir la main sur le portefeuille.

A Le Bugue qui est la bourgade proche où l'on peut se ravitailler,
Il faut ajouter au prix de sa baguette ou de son paquet de cigarettes, 2€ de stationnement sur le trottoir d'en face!

Si tu regardes trop longtemps un caillou d'époque sans avoir payé, tu risques une palourde de 75 €

Amicalement, et pour info


Dernière édition par YVES-BZH le Lun 2 Oct - 13:02, édité 1 fois
avatar
Corto
Administrateur

Messages : 182
Date d'inscription : 18/12/2016

Tableau interactif Re: Evaluation des campings

Message par Corto le Dim 1 Oct - 19:00

Ta porcelaine de Limoges gondole sous le poids de ton magret !!!

Mort de rire
avatar
YVES-BZH
Modérateur d'un forum

Messages : 89
Date d'inscription : 23/12/2016

Tableau interactif Re: Evaluation des campings

Message par YVES-BZH le Dim 1 Oct - 19:52

Si tu ne retiens que cela de ma prose et témoignages, sache qu'en Bretagne,
les porcs se lainent de douce couenne, alors qu'à Limoge, on limoge.

Assiette de papier que j'avais acceptée, faute de n'avoir pas proposé l'un de mes nobles récipients
puisqu'elle me convenait bien pour son contenu et son contenant tant leurs fondants allaient de pair.


" Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse"  (Alfred de Musset) à bord de son Eriba



à lire:

Voici mon cher ami, ce que je vous dédie :
Quelque chose approchant comme une tragédie,
Un spectacle ; en un mot, quatre mains de papier.
J’attendrai là-dessus que le diable m’éveille.
Il est sain de dormir, — ignoble de bâiller.
J’ai fait trois mille vers : allons, c’est à merveille.
Baste ! il faut s’en tenir à sa vocation.
Mais quelle singulière et triste impression
Produit un manuscrit ! — Tout à l’heure, à ma table,
Tout ce que j’écrivais me semblait admirable.
Maintenant, je ne sais, — je n’ose y regarder.
Au moment du travail, chaque nerf, chaque fibre
Tressaille comme un luth que l’on vient d’accorder.
On n’écrit pas un mot que tout l’être ne vibre.
(Soit dit sans vanité, c’est ce que l’on ressent.)
On ne travaille pas, — on écoute, — on attend.
C’est comme un inconnu qui vous parle à voix basse.
On reste quelquefois une nuit sur la place,
Sans faire un mouvement et sans se retourner.
On est comme un enfant dans ses habits de fête,
Qui craint de se salir et de se profaner ;
Et puis, — et puis, — enfin ! — on a mal à la tête.
Quel étrange réveil ! — comme on se sent boiteux !
Comme on voit que Vulcain vient de tomber des cieux !
C’est l’effet que produit une prostituée,
Quand, le corps assouvi, l’âme s’est réveillée,
Et que, comme un vivant qu’on vient d’ensevelir,
L’esprit lève en pleurant le linceul du plaisir.
Pourtant c’est l’opposé ; — c’est le corps, c’est l’argile ;
C’est le cercueil humain, un moment entr’ouvert.
Qui, laissant retomber son couvercle débile,
Ne se souvient de rien, sinon qu’il a souffert.
Si tout finissait là ! voilà le mot terrible.
C’est Jésus, couronné d’une flamme invisible,
Venant du Pharisien partager le repas.
Le Pharisien parfois voit luire une auréole
Sur son hôte divin, — puis, quand elle s’envole,
Il dit au Fils de Dieu : Si tu ne l’étais pas ?
Je suis le Pharisien, et je dis à mon hôte :
Si ton démon céleste était un imposteur ?
Il ne s’agit pas là de reprendre une faute,
De retourner un vers comme un commentateur,
Ni de se remâcher comme un bœuf qui rumine.
Il est assez de mains, chercheuses de vermine,
Qui savent éplucher un récit malheureux,
Comme un pâtre espagnol épluche un chien lépreux.
Mais croire que l’on tient les pommes d’Hespérides
Et presser tendrement un navet sur son cœur !
Voilà, mon cher ami, ce qui porte un auteur
À des auto-da-fés, — à des infanticides.
Les rimeurs, vous voyez, sont comme les amants.
Tant qu’on n’a rien écrit, il en est d’une idée
Comme d’une beauté qu’on n’a pas possédée :
On l’adore, on la suit ; — ses détours sont charmants.
Pendant que l’on tisonne en regardant la cendre,
On la voit voltiger ainsi qu’un salamandre ;
Chaque mot fait pour elle est comme un billet doux ;
On lui donne à souper ; — qui le sait mieux que vous ?
(Vous pourriez au besoin traiter une princesse.)
Mais dès qu’elle se rend, bonsoir, le charme cesse.
On sent dans sa prison l’hirondelle mourir.
Si tout cela, du moins, vous laissait quelque chose !
On garde le parfum en effeuillant la rose ;
Il n’est si triste amour qui n’ait son souvenir.
Lorsque la jeune fille, à la source voisine,
A sous les nénuphars lavé ses bras poudreux,
Elle reste au soleil, les mains sur sa poitrine,
À regarder longtemps pleurer ses beaux cheveux.
Elle sort, mais pareille aux rochers de Borghèse,
Couverte de rubis comme un poignard persan, -
Et sur son front luisant sa mère qui la baise
Sent du fond de son cœur la fraîcheur de son sang.
Mais le poète, hélas ! s’il puise à la fontaine,
C’est comme un braconnier poursuivi dans la plaine,
Pour boire dans sa main, et courir se cacher, -
Et cette main brûlante est prompte à se sécher.
Je ne fais pas grand cas, pour moi, de la critique.
Toute mouche qu’elle est, c’est rare qu’elle pique.
On m’a dit l’an passé que j’imitais Byron :
Vous qui me connaissez, vous savez bien que non.
Je hais comme la mort l’état de plagiaire ;
Mon verre n’est pas grand, mais je bois dans mon verre.
C’est bien peu, je le sais, que d’être homme de bien,
Mais toujours est-il vrai que je n’exhume rien.
Je ne me suis pas fait écrivain politique,
N’étant pas amoureux de la place publique.
D’ailleurs, il n’entre pas dans mes prétentions
D’être l’homme du siècle et de ses passions.
C’est un triste métier que de suivre la foule,
Et de vouloir crier plus fort que les meneurs,
Pendant qu’on se raccroche au manteau des traîneurs.
On est toujours à sec, quand le fleuve s’écoule.
Que de gens aujourd’hui chantent la liberté,
Comme ils chantaient les rois, ou l’homme de brumaire !
Que de gens vont se pendre au levier populaire,
Pour relever le dieu qu’ils avaient souffleté !
On peut traiter cela du beau nom de rouerie,
Dire que c’est le monde et qu’il faut qu’on en rie.
C’est peut-être un métier charmant, mais tel qu’il est,
Si vous le trouvez beau, moi, je le trouve laid.
Je n’ai jamais chanté ni la paix ni la guerre ;
Si mon siècle se trompe, il ne m’importe guère :
Tant mieux s’il a raison, et tant pis s’il a tort ;
Pourvu qu’on dorme encore au milieu du tapage,
C’est tout ce qu’il me faut, et je ne crains pas l’âge
Où les opinions deviennent un remord.
Vous me demanderez si j’aime ma patrie.
Oui ; — j’aime fort aussi l’Espagne et la Turquie.
Je ne hais pas la Perse, et je crois les Indous
De très honnêtes gens qui boivent comme nous.
Mais je hais les cités, les pavés et les bornes,
Tout ce qui porte l’homme à se mettre en troupeau,
Pour vivre entre deux murs et quatre faces mornes ;
Le front sous un moellon, les pieds sur un tombeau.
Vous me demanderez si je suis catholique.
Oui ; — j’aime fort aussi les dieux Lath et Nésu.
Tartak et Pimpocau me semblent sans réplique ;
Que dites-vous encor de Parabavastu ?
J’aime Bidi, — Khoda me paraît un bon sire ;
Et quant à Kichatan, je n’ai rien à lui dire.
C’est un bon petit dieu que le dieu Michapous.
Mais je hais les cagots, les robins et les cuistres,
Qu’ils servent Pimpocau, Mahomet ou Vishnou.
Vous pouvez de ma part répondre à leurs ministres
Que je ne sais comment je vais je ne sais où.
Vous me demanderez si j’aime la sagesse.
Oui ; — j’aime fort aussi le tabac à fumer.
J’estime le bordeaux, surtout dans sa vieillesse ;
J’aime tous les vins francs, parce qu’ils font aimer.
Mais je hais les cafards, et la race hypocrite
Des tartufes de mœurs, comédiens insolents,
Qui mettent leurs vertus en mettant leurs gants blancs.
Le diable était bien vieux lorsqu’il se fit ermite.
Je le serai si bien, quand ce jour-là viendra,
Que ce sera le jour où l’on m’enterrera.
Vous me demanderez si j’aime la nature.
Oui ; — j’aime fort aussi les arts et la peinture.
Le corps de la Vénus me paraît merveilleux.
La plus superbe femme est-elle préférable ?
Elle parle, il est vrai, mais l’autre est admirable,
Et je suis quelquefois pour les silencieux.
Mais je hais les pleurards, les rêveurs à nacelles,
Les amants de la nuit, des lacs, des cascatelles,
Cette engeance sans nom, qui ne peut faire un pas
Sans s’inonder de vers, de pleurs et d’agendas.
La nature, sans doute, est comme on veut la prendre.
Il se peut, après tout, qu’ils sachent la comprendre ;
Mais eux, certainement, je ne les comprends pas.
Vous me demanderez si j’aime la richesse.
Oui ; — j’aime aussi parfois la médiocrité.
Et surtout, et toujours, j’aime mieux ma maîtresse ;
La fortune, pour moi, n’est que la liberté.
Elle a cela de beau, de remuer le monde,
Que, dès qu’on la possède, il faut qu’on en réponde,
Et que, seule, elle met à l’air la volonté.
Mais je hais les pieds-plats, je hais la convoitise.
J’aime mieux un joueur, qui prend le grand chemin ;
Je hais le vent doré qui gonfle la sottise,
Et, dans quelque cent ans, j’ai bien peur qu’on ne dise
Que notre siècle d’or fut un siècle d’airain.
Vous me demanderez si j’aime quelque chose.
Je m’en vais vous répondre à peu près comme Hamlet :
Doutez, Ophélia, de tout ce qui vous plaît,
De la clarté des cieux, du parfum de la rose ;
Doutez de la vertu, de la nuit et du jour ;
Doutez de tout au monde, et jamais de l’amour.
Tournez-vous là, mon cher, comme l’héliotrope
Qui meurt les yeux fixés sur son astre chéri,
Et préférez à tout, comme le Misanthrope,
La chanson de ma mie, et du Bon roi Henri.
Doutez, si vous voulez, de l’être qui vous aime,
D’une femme ou d’un chien, mais non de l’amour même.
L’amour est tout, — l’amour, et la vie au soleil.
Aimer est le grand point, qu’importe la maîtresse ?
Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse ?
Faites-vous de ce monde un songe sans réveil.
S’il est vrai que Schiller n’ait aimé qu’Amélie,
Goethe que Marguerite, et Rousseau que Julie,
Que la terre leur soit légère ! — ils ont aimé.
Vous trouverez, mon cher, mes rimes bien mauvaises :
Quant à ces choses-là, je suis un réformé.
Je n’ai plus de système, et j’aime mieux mes aises ;
Mais j’ai toujours trouvé honteux de cheviller.
Je vois chez quelques-uns, en ce genre d’escrime,
Des rapports trop exacts avec un menuisier.
Gloire aux auteurs nouveaux, qui veulent à la rime
Une lettre de plus qu’il n’en fallait jadis !
Bravo ! c’est un bon clou de plus à la pensée.
La vieille liberté par Voltaire laissée
Etait bonne autrefois pour les petits esprits.
Un long cri de douleur traversa l’Italie
Lorsqu’au pied des autels Michel-Ange expira.
Le siècle se fermait, — et la mélancolie,
Comme un pressentiment, des vieillards s’empara.
L’art, qui sous ce grand homme avait quitté la terre
Pour se suspendre au ciel, comme le nourrisson
Se suspend et s’attache aux lèvres de sa mère,
L’art avec lui tomba. — Ce fut le dernier nom
Dont le peuple toscan ait gardé la mémoire.
Aujourd’hui l’art n’est plus, — personne n’y veut croire.
Notre littérature a cent mille raisons
Pour parler de noyés, de morts, et de guenilles.
Elle-même est un mort que nous galvanisons.
Elle entend son affaire en nous peignant des filles,
En tirant des égouts les muses de Régnier.
Elle-même en est une, et la plus délabrée
Qui de fard et d’onguents se soit jamais plâtrée.
Nous l’avons tous usée, — et moi tout le premier.
Est-ce à moi, maintenant, au point où nous en sommes,
De vous parler de l’art et de le regretter ?
Un mot pourtant encore avant de vous quitter.
Un artiste est un homme, — il écrit pour des hommes.
Pour prêtresse du temple, il a la liberté ;
Pour trépied, l’univers ; pour éléments, la vie ;
Pour encens, la douleur, l’amour et l’harmonie ;
Pour victime, son cœur ; — pour dieu, la vérité.
L’artiste est un soldat, qui des rangs d’une armée
Sort, et marche en avant, — ou chef, — ou déserteur.
Par deux chemins divers il peut sortir vainqueur.
L’un, comme Calderon et comme Mérimée,
Incruste un plomb brûlant sur la réalité,
Découpe à son flambeau la silhouette humaine,
En emporte le moule, et jette sur la scène
Le plâtre de la vie avec sa nudité.
Pas un coup de ciseau sur la sombre effigie,
Rien qu’un masque d’airain, tel que Dieu l’a fondu.
Cherchez-vous la morale et la philosophie ?
Rêvez, si vous voulez, — voilà ce qu’il a vu.
L’autre, comme Racine et le divin Shakspeare,
Monte sur le théâtre, une lampe à la main,
Et de sa plume d’or ouvre le cœur humain.
C’est pour vous qu’il y fouille, afin de vous redire
Ce qu’il aura senti, ce qu’il aura trouvé,
Surtout, en le trouvant, ce qu’il aura rêvé.
L’action n’est pour lui qu’un moule à sa pensée.
Hamlet tuera Clodius, — Joad tuera Mathan ;
Qu’importe le combat, si l’éclair de l’épée
Peut nous servir dans l’ombre à voir les combattants ?
Le premier sous les yeux vous étale un squelette.
Songez, si vous voulez, de quels muscles d’athlète,
De quelle chair superbe, et de quels vêtements
Pourraient être couverts de si beaux ossements.
Le second vous déploie une robe éclatante,
Des muscles invaincus, une chair palpitante,
Et vous laisse à penser quels sublimes ressorts
Impriment l’existence à de pareils dehors.
Celui-là voit l’effet, — et celui-ci la cause.
Sur cette double loi le monde entier repose.
Dieu seul (qui se connaît) peut tout voir à la fois.
Quant à moi, Petit-Jean, quand je vois, quand je vois,
Je vous préviens, mon cher, que ce n’est pas grand’chose ;
Car, pour y voir longtemps, j’aime trop à voir clair :
Man delights not me, sir, nor woman neither.
Mais s’il m’était permis de choisir une route,
Je prendrais la dernière, — et m’y noierais sans doute.
Je suis passablement en humeur de rêver.
Et je m’arrête ici, pour ne pas le prouver.
Je ne sais trop à quoi tend tout ce bavardage.
Je voulais mettre un mot sur la première page :
À mon très-honoré, très-honorable ami,
Monsieur — et cœtera — comme on met aujourd’hui,
Quand on veut proprement faire une dédicace.


Je l’ai faite un peu longue, et je m’en aperçois.
On va s’imaginer que c’est une préface ou une suite à un dialogue ici, mais ce n'est qu'un maigre épilogue


Moi qui n’en lis jamais qu'en diagonale, sauf intérêt particulier  ! — Comme bien de visiteurs silencieux, je crois.
avatar
Corto
Administrateur

Messages : 182
Date d'inscription : 18/12/2016

Tableau interactif Re: Evaluation des campings

Message par Corto le Dim 1 Oct - 20:36

J'espère que tout cela n'est qu'humour Yves...
Il est bien évident que ton reportage m'a conquis, d'autant que je connais bien la région où je suis 2 ou 3 fois par an.
J'en ai admiré la qualité des photos, la prose du commentateur, mais à le dire j'aurais eu l'impression d'enfoncer une porte ouverte tant ces qualités crèvent l'écran !!!
C'est pourquoi devant tant d'évidences, seul l'humour me paraissait de mise...

bisou
avatar
JP
Administrateur

Messages : 221
Date d'inscription : 28/11/2016

Tableau interactif Re: Evaluation des campings

Message par JP le Dim 1 Oct - 20:46

bonsoir messieurs

je vous propose ceci :

Yves, puisque tu nous fais de superbes reportages,que tu aime tapoter sur ton clavier et que tes photos sont de très bonne qualité tu peux faire tes reportages  ICI
en précisant les qualités et défauts .
avatar
JP
Administrateur

Messages : 221
Date d'inscription : 28/11/2016

Tableau interactif Re: Evaluation des campings

Message par JP le Lun 2 Oct - 0:26

re , yves tu as une plaque de visible !!!! 
avatar
Corto
Administrateur

Messages : 182
Date d'inscription : 18/12/2016

Tableau interactif Re: Evaluation des campings

Message par Corto le Lun 2 Oct - 8:06

Yves-BZH, tu peux partager ton magnifique reportage sur la page fesses de bouc du R.A.P.E. ?

;-)
avatar
YVES-BZH
Modérateur d'un forum

Messages : 89
Date d'inscription : 23/12/2016

Tableau interactif Re: Evaluation des campings

Message par YVES-BZH le Lun 2 Oct - 13:15

Bonjour à tous,
Merci JP, j'ai rectifié.
A l'ami Corto: De toute évidence, ce n'était que de l'humour, ainsi que je l'ai pris pour cette assiette en carton. Very Happy
Quant aux dépôts de photos, je verrai plus tard, car je dois faire un tri, et recadrer certaines.
(A noter que pour celles que j'ai déposées, la taille est le dixième de l'original, car trop lourdes sinon)
Amicalement, et à plus tard,
Yves
avatar
JP
Administrateur

Messages : 221
Date d'inscription : 28/11/2016

Tableau interactif Re: Evaluation des campings

Message par JP le Lun 2 Oct - 18:43

bonsoir ,

reportage disponible ICI
avatar
YVES-BZH
Modérateur d'un forum

Messages : 89
Date d'inscription : 23/12/2016

Tableau interactif Re: Evaluation des campings

Message par YVES-BZH le Dim 5 Nov - 16:50

C'était à Limeuil, où en poussant une porte du local lessive du camping,



j'ai découvert ceci:
https://www.youtube.com/watch?v=PRP7hNZ_cE8


Si je mens je vais en enfer, certes! ……… Mais j'aime bien celui-là


Dernière édition par YVES-BZH le Dim 5 Nov - 17:52, édité 1 fois
avatar
Corto
Administrateur

Messages : 182
Date d'inscription : 18/12/2016

Tableau interactif Re: Evaluation des campings

Message par Corto le Dim 5 Nov - 17:40

Drôle de manière de faire la lessive...

;-)
avatar
YVES-BZH
Modérateur d'un forum

Messages : 89
Date d'inscription : 23/12/2016

Tableau interactif Re: Evaluation des campings

Message par YVES-BZH le Dim 5 Nov - 17:50

Laisse-Yves rêver Mort de rire
avatar
Corto
Administrateur

Messages : 182
Date d'inscription : 18/12/2016

Tableau interactif Re: Evaluation des campings

Message par Corto le Dim 5 Nov - 18:07

Mort de rire

    La date/heure actuelle est Dim 19 Nov - 11:19